La formation au permis B en conduite supervisée

La conduite supervisée est un apprentissage à la conduite avec un accompagnateur. Cette sorte de conduite accompagnée est destinée aux personnes de plus de 18 ans. Les conditions pour y avoir accès sont donc d’être majeur, d’avoir effectué au moins les heures de conduite encadrées par un enseignant de la conduite (20h minimum) et avoir l’avis favorable du moniteur pour commencer la conduite supervisée encadrée par un accompagnateur du choix du candidat. Il faut également que l’élève soit titulaire de son code de la route pour commencer à faire des heures de conduite.
Il faut que l’accompagnateur ait au moins cinq ans d’ancienneté de permis B sans interruption et l’accord de son assurance.
Pour s’inscrire en conduite supervisée le candidat peut le faire directement lors de son inscription en auto-école ou bien après avoir été recalé à l’examen pratique du permis de conduire.
Après un rendez-vous préalable avec le candidat, l’enseignant de la conduite et l’accompagnateur, qui se déroule lorsque le moniteur estime son élève prêt à conduire avec son accompagnateur, il donnera des conseils à ses deux dernier pour que la formation accompagnée se passe au mieux. C’est seulement après ce rdv que le candidat commencera à conduire avec son ou ses accompagnateurs.

Les avantages

En choisissant cette formation de conduite accompagnée, le candidat s’offre une chance d’avoir une bonne expérience de conduite sans que cela coûte trop cher. La conduite supervisée n’impose ni durée de formation ni de kilomètre minimum à effectuer. Le candidat peut donc apprendre à conduire à son rythme pour se présenter à l’examen pratique du permis B lorsqu’il sera réellement prêt.
Les formations en conduite accompagnée, que ce soit la supervisée ou l’AAC ont un bien meilleur taux de réussite à la première présentation à l’examen du permis : 74% de réussite contre 5
5% en formation traditionnelle.
Cette formation est accessible aux personnes ayant déjà échoué à l’examen du permis.

Les inconvénients

Les auto-écoles peuvent proposer cette offre mais le font rarement et elle est peu connue car pas très avantageuse pour eux financièrement. Son bon rapport qualité prix l’a rendue impopulaire et certaines auto-écoles peuvent la déconseiller aux élève, surtout après un redoublement.
La période du permis probatoire n’est pas raccourcie avec cette forme de conduite accompagnée alors qu’avec l’AAC le candidat a deux ans de permis probatoire, celui qui choisit la conduite supervisée sera quand même soumis à trois de probation au permis.
Il est possible que le candidat n’ait pas d’avantages auprès des assurances automobiles comme ceux de la conduite AAC après avoir obtenu le permis B.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *